création entreprise en france

Choix de la société, rédaction des statuts, formalités administratives, recrutement, recherche des locaux ; toutes ces questions sont essentielles pour faciliter le lancement d’une nouvelle entreprise. Il est donc important de se poser les bonnes questions et de bien s’organiser avant de démarrer. Quels sont les pièges à éviter pour une création d’entreprise ?

Ne pas négliger la structure de base du projet : le business plan

Vous avez une idée, un concept ou un projet professionnel en tête ? Il faut impérativement l’organiser sous un format précis pour savoir si votre idée est viable sur le moyen et le long terme. Vous devez alors mettre en place un business plan.

Cet outil structure complètement votre projet pour développer logiquement vos différentes actions. Plusieurs parties sont donc à mettre en place :

  • une partie descriptive (contexte professionnel, objectifs, valeurs) ;
  • une partie marketing (axes de développement, outils, communication) ;
  • une partie financière (investissements, crédit bancaire, charges, chiffre d’affaires).

L’objectif est de rendre le projet réalisable. Vous pouvez ensuite déposer votre business plan à votre banquier afin qu’il comprenne votre projet professionnel et vous accorde un prêt bancaire.

À noter : il ne faut pas hésiter à soigner votre présentation pour rendre votre projet concret aux yeux des lecteurs. Utilisez un ton convaincant pour montrer votre implication !

Ne pas sous-estimer les conseils d’un professionnel pour choisir sa structure juridique

EIRL, SAS, SA, ou encore micro-entreprise, ces différentes options sont à envisager pour démarrer son projet professionnel.

Il est alors important de faire le point sur plusieurs aspects avant de se décider pour une structure juridique ou pour une autre.

Dans un premier temps, il faut connaître les objectifs et l’activité principale de l’entreprise.

Si l’entrepreneur cherche à travailler seul, sans investissement et avec très peu de charges, il doit probablement se diriger vers une structure comme la micro-entreprise. À l’inverse, si les déplacements de l’entrepreneur sont très fréquents et qu’il a de nombreux investissements à réaliser, il est préférable d’opter pour une société.

Ces questions sont fondamentales puisqu’elles conditionnent toute la vie de l’entreprise. Il est donc indispensable de se faire conseiller au minimum par un expert-comptable pour connaître la structure juridique la plus adaptée au projet professionnel à créer.

Ne pas se précipiter pour le choix de ses locaux professionnels

Pour qu’un projet professionnel prenne forme, il est essentiel de trouver ses locaux. Il est alors important de connaître toutes les informations utiles à ce sujet pour ne pas se tromper.

Il faut par conséquent se poser les bonnes questions avant de se diriger vers des annonces :

  • Pour quelle durée souhaitez-vous rester dans les locaux ?
  • Souhaitez-vous acheter ou bien louer vos espaces de travail ?
  • Des travaux sont-ils envisageables ?
  • Bail commercial ou bail professionnel, quel est le plus adapté ?

Les réponses vous permettront de cerner plus précisément vos besoins pour vous orienter vers les bonnes annonces. Sans cela, vous pouvez vous retrouver dans des situations délicates, notamment si les conditions de résiliation du contrat de bail ne vous sont pas favorables.

Éviter de rédiger soi-même les documents juridiques de son entreprise

Votre entreprise est en construction, il faut alors rédiger l’ensemble des documents pour permettre sa création. Les statuts doivent obligatoirement être rédigés par écrit, selon l’article 1835 du Code civil.

À noter : si la création d’entreprise implique l’apport d’un immeuble, un droit au bail supérieur à 12 ans ou encore des publicités foncières, les documents doivent être rédigés par un notaire.

De plus, le recours à un acte authentique est important dans deux autres cas :

  • lorsque des héritiers participent à la création de la société ;
  • lorsque des époux mettent en place une société.

Le notaire, professionnel dans le domaine familial, est alors particulièrement compétent pour vous conseiller sur les effets des clauses juridiques spécifiques à inclure dans vos statuts.

Si vous avez un site internet et des conditions générales de vente à rédiger, il est fortement conseillé de vous faire accompagner par un avocat en droit des affaires pour partir sur des bases correctes et éviter de futurs litiges avec vos clients.

Accepter de déléguer des tâches à des prestataires qualifiés

En tant que chef d’entreprise, il est souvent impossible d’être compétent dans tous les domaines de la vie d’une entreprise. Il faut alors savoir déléguer certaines actions pour gagner en efficacité.

Ainsi, si vous n’êtes pas compétent dans le domaine numérique par exemple, il est vivement conseillé de déléguer toute la mise en place puis la gestion du site internet de votre entreprise.

En plus de vous permettre d’attirer des clients, les prestataires peuvent vous conseiller efficacement sur la mise en place d’une bonne stratégie digitale.

De cette façon, votre entreprise commencera son activité avec une image positive. Les visiteurs découvriront une entreprise moderne et organisée, avec une vraie identité. Ces détails comptent particulièrement pour votre image de marque.

Plusieurs étapes sont donc à suivre de manière rigoureuse pour réussir sereinement la création d’une entreprise. Pensez-y lors du lancement !